L'amitié, ça se développe...l'amitié c'est une question d'intérêt, d'affinité, de confort. Mais qu'en est-il lorsque ce confort devient physique, voire sensoriel ? Qu'en est-il lorsque cela devient de l'attirance, de l'intérêt à l'exploration. Se découvrir, ÊTRE ensemble, etc.

Chez plusieurs individus vivant avec une condition neurodéveloppementale, le choix ne semble pas exister. Une multitude de connaissances leur sont enseignées sur le plan cognitif, langagier, moteur. On souhaite qu'ils puissent se développer à leur plein potentiel. On met en place des principes afin de leur permettre de développer des habiletés sociales. On contribue par l'enseignement à la généralisation de saines et stimulantes connaissances dans le vécu quotidien.

Mais encore ; ils grandissent ces enfants. Ils deviennent des adolescents, des adultes, ils développent de nouveaux besoins physiologiques que nous devons permettre et encadrer. Une crainte s'installe dans la famille, un inconfort, nommons-le ainsi, un besoin d'accompagnement. Mais avons-nous le choix ? Un petit rappel ici les besoins physiologiques sont à la base de la fameuse pyramide de Maslow. Donc, il va de soi que nous ne pouvons contrôler cette zone d'apprentissage, nous devons ÉDUQUER et ACCOMPAGNER.

Vos premières réactions seront probablement comme celles de tous les parents, inconfort, malaise, peur, honte, doute, vous figez face à cette nouveauté dont vous n'avez pas le contrôle. Votre rôle prend un nouveau sens. Il faut faire preuve d'ouverture, mais en sommes-nous toujours prêts ? Connaitre nos limites, nos aises et malaises face à ce phénomène transitoire de l'amitié vers l'amour et la sexualité, permettra de discuter, mais aussi recevoir les questions de nos « grands enfants ». Il nous faudra aussi faire le parallèle dans les malaises ressentis, car ces inquiétudes auraient-elles été présentes, ou encore dans la même proposition s'il avait eu un développement typique? L'intensité de la vie, ce sont les émotions !

Est-ce les stéréotypes courant en ce qui concerne la sexualité qui me déstabilise?

1.      Elles demeureront des enfants pour toujours ; 

2.      Elles sont et seront toujours asexuées ; 

3.      Elles sont incapables de comprendre leurs désirs sexuels ; 

4.      Elles ont des pulsions sexuelles qui ne se maîtrisent pas ; 

5.      Elles sont des déviantes sexuelles potentielles et on ne devrait pas leur enseigner
l’éducation sexuelle dans l’éventualité où cela leur donnerait des idées.

Source:www.masexualité.ca

La mise en place d'un contexte d'apprentissage est essentielle. Vous pouvez obtenir du soutien pour se faire. Créer le contexte favorisant les apprentissages et les échanges sera probablement instable et de courte durée les premières fois, mais respectez aussi votre rythme. Vous devez être à l'aise d'échanger, rien ne sert de se presser. De toute évidence, avant d'entrer dans le vif du sujet vous devrez d'abord connaitre où se situent les connaissances de votre adolescent sur les sujets que vous souhaitez aborder (ex. changements du corps, prévention, maladie). Ces échanges devront être faits de façon positive et permettant de reconnaitre ces besoins.

Bien qu'il y ait de multiples sujets d'intérêts entourant cette AMITIÉ, il va s'en contredit que vous devez tout de même y aller progressivement. Vous pouvez diviser périodes de questions et échanges sur un thème précis. Mais avant d'aller trop loin, revenez à la base, revenez à la compréhension du concept de soi et ces changements et son évolution. Bien se connaitre c'est d'abord et avant tout savoir ce que j'ai, ce que je n'aime pas, connaitre son nouveau corps, comprendre le respect de soi et de l'autre, quels sont mes limites, savoir dire non, identifier et gérer les nouvelles émotions, la théorie de l'esprit et la différenciation entre mon concept de soi et celui de l'autre. Nos échanges doivent tenir compte de l'utilisation des habiletés dans divers niveaux de relation (les inconnus, connaissances, amis, familles, amoureux)

Notre discours doit toujours permettre à notre enfant de mieux comprendre, car « Quand on comprend mieux, notre choix est plus éclairé. » Votre principal objectif, voir à l'occasion votre principal défi sera de rendre l'abstrait concret. Pour se faire vous devrez apporter des comparatifs, utiliser les mots ou encore les images les plus simples possible, un thème à la fois et même créer des histoires sociales afin d'envisager les nuances possibles. Vos échanges devraient être axés sur le partage du savoir et les choix qui s'y rattacheront. Vous devez éviter de créer un billet en omettant des informations, des possibilités. S'il ne dispose de toute l'information, nous ne répondons pas à notre objectif de choix éclairé.

Quand est-ce que l'amitié s'écrit en MAJUSCULES et que l'on peut dire que c'est une amoureuse, une amoureuse? C’est quand les deux personnes sont amies, se connaissent, font une bonne équipe ensemble, partagent des activités, des intérêts et des goûts semblables ou communs.  Ont du plaisir, s’amusent et rient ensemble, le temps passe vite. Les idées des deux personnes sont utilisées quand elles sont ensemble. Ce n’est pas seulement une des deux qui décident. Ont envie d’être proches l’une de l’autre, de s’embrasser et de se faire des caresses.

La mise en place des habiletés de vie de cette ne se font pas en un seul échange. Suite à l'enseignement des bases, vous pourrez peaufiner et enseigner de nouveaux niveaux ou vous attardez sur des détails de concepts moins compris comme la distance, les règles quand on a un amoureux (ex. 1 à la fois ;) ), que l'autre ne perçoit pas toujours les choses de la même façon que moi ainsi que toute la notion du consentement. https://youtu.be/5davRVQB0Lk

Finalement, selon Maslow, les besoins de base sont les besoins physiologiques (ÊTRE) puis besoin de sécurité (AVOIR)

AVOIR nous permet de survivre, mais ÊTRE nous permet de vivre !


Mélanie Deveault, directrice
Centre de Formation Grandir Autrement