Collaboration et Intégration des stratégies

Collaboration et intégration des stratégies en petite enfance

Par: Enya Beauchamp, technicienne en éducation spécialisée

Pour commencer, démystifions ce que veut dire le mot collaboration ou même collaborer. Selon le dictionnaire Larousse, collaborer signifie de « travailler de concert avec quelqu’un d’autre, l’aider dans ses fonctions; participer avec un ou plusieurs autres à une œuvre commune. »

La collaboration et le partage des outils entre intervenants permettent un développement maximal des apprentissages de nos jeunes. Elles aident, entre autres, à mieux encadrer et à avoir la bonne ligne directrice sur les objectifs ainsi que sur les interventions et les stratégies à adopter. Il est important et essentiel que tous les intervenants dans un même dossier soient en communication et en collaboration, car cela apporte que des avantages autant à nos jeunes qu’à nos résultats en lien avec nos objectifs. Malgré, nos façons de penser ou d’intervenir qui peut différer d’un professionnel à un autre, il est primordial que tous se mettent de concert pour favoriser l’échange et foncer vers la réussite. Dans le cas contraire, c’est un peu comme si nous travaillions de toutes les sens sans maximiser le potentiel de celle-ci à travers les efforts émis. Prenons l’exemple que nous sommes en voiture et nous n’avons pas regardé le chemin pour se rendre à destination, alors nous nous fions à notre bon jugement. Mais un millier de chemin se trouve devant nous, chaque professionnel pourrait prendre une direction différente sans pour autant se rendre et nous avons beaucoup plus de chance de se perdre en cours de route. Tandis que si nous discutons d’un même chemin et que nous collaborons, le chemin sera plus facile pour y arriver et moins de risques de s’y perdre en cours de route. C’est la même chose pour les interventions ou mêmes encore les stratégies utilisées dans un même dossier.  Évitons de travailler en vase clos.

Tout en restant avec notre chapeau d’intervenant, parler de nos points de vue, nos opinions professionnels ainsi que des stratégies et objectifs seront davantage optimiser pour la clientèle avec besoin particulier qui demande un accompagnement précis. La communication entre différents intervenants est essentielle, mais il ne faut pas oublier la famille ou le milieu de vie, qui sont notre plus grand soutien dans la réalisation du plan d’intervention à mettre en place. Que se soit une garderie familiale, un CPE, une école, un Centre de Réadaptation, etc. remettre les plans d’actions et autres types de documents pertinents à tous permet de mieux encadrer ainsi que de mieux soutenir notre clientèle. Il est faux de penser que cette optique n’avantage personne. Dans ce cas, il serait pertinent d’entendre la raison contraire, car nous ne sommes pas en compétition, ni même des ennemis, mais bel et bien des alliés.

Adopter une ou des stratégies ensemble à mettre en place sera un appui indispensable, que se soit en lien avec le rapport d’ergothérapie, d’orthophonie, de physiothérapie, d’un plan d’intervention, etc. Il faut établir les outils ainsi que les recommandations et accompagner le milieu à favoriser l’application de ceux-ci dans tous les contextes pour permettre une généralisation des apprentissages. De cette façon, notre clientèle apprendra sous tous les contextes et les opportunités qui lui seront présentés en maximisant le potentiel.

Attention à bien cibler les objectifs et utiliser les bonnes stratégies pour chacun d’eux pour ne pas s’y perdre non plus. Un maximum de 3 ou 4 objectifs, tout dépendamment de la clientèle, seraient suffisants pour maximiser l’acquisition et la réussite de chacun. Quelques stratégies suffisent pour réussir et atteindre notre but. Toutefois, bien cibler celles-ci pour les optimiser. Par exemple, si nous voulons travailler la concentration en classe, utiliser un coussin ou bien un élastique pour les pattes de chaises seraient une belle façon d’y arriver, si cela fonctionne bien pour le jeune en question afin d’augmenter sa disponibilité à l’apprentissage. Une stratégie peut bien fonctionner sur une personne, mais n’aura pas le même objectif sur une autre. Lors de stratégies, il est important d’être à l’écoute de nos jeunes et ainsi s’adapter à elle au fur et à mesure des progressions. Un outil qui aidait au début peut devenir un outil qui déstabilise complètement. Une stratégie est toujours en évolution et elle est loin d’être fictive.

Voici quelques exemples de stratégies qui peuvent être utiliser selon les besoins; communication (pictogramme), renforcement (balle et sablier) et/ou concentration (assise et élastique), etc. Bien d’autres outils peuvent aussi être mis en place, ceci est seulement à titre d’exemple.